INFOGRAPHICS


Découvrez ICI un slideshow reprenant les 10 secteurs du média B2B en infographics :

- Retail Mode
- Automotive & Transport
- Marketing, Communication & Events
- Construction
- Finance & Insurance
- Health
- Horeca
- Retail Non-Food
- Retail Food
- Technology

Des questions ? N'hésitez pas à nous contacter




B2B DOES THE JOB



Une étude d’impact menée récemment atteste l’efficacité de la communication dans la presse professionnelle et spécialisée. Le bureau d’études de marché AQRate  a mesuré l’impact d’une campagne menée par ING dans des titres spécialisés auprès de cadres moyens appartenant à dix secteurs économiques différents : commerce alimentaire et non alimentaire, automobile, construction, finance, horeca, marketing et communication, santé, technologies, mode et textile. L’annonce d’ING concernait un crédit professionnel et a paru dans 27 magazines spécialisés sur une période de 11 semaines. 

Pour obtenir une bonne répartition des personnes interviewées sur tous les secteurs, AQRate a pu recourir aux fichiers d’abonnés des éditeurs concernés. Laurent Moreau, directeur général d’AQRate, commente : « Le profil de l’échantillon coïncide avec celui du lectorat moyen des titres spécialisés, que nous avons déjà analysé lors d’une étude précédente pour le compte de B2Bpress. » Les managers qui lisent ces publications sont en majorité des hommes (65% de l’échantillon) et des néerlandophones (68%). L’importance des PME pour l’économie belge est de nouveau soulignée dans l’échantillon : 64 % des personnes interrogées sont des cadres d’entreprises employant moins de 20 salariés. « Il était également important pour nous de connaître l’avis des décideurs en matière de services financiers dans l’entreprise, explique Moreau. Cela permet d’évaluer la performance de la campagne publicitaire auprès de la cible la plus impliquée. » 60% des cadres interrogés déclarent détenir un pouvoir de décision dans le domaine. 

Les résultats de l’étude font ressortir l’impact des titres de presse spécialisés en tant que canaux de communication destinés aux professionnels de leur secteur : l’annonce a obtenu des scores plus que satisfaisants en termes de souvenir, de reconnaissance et d’attribution correcte à ING. 

40% des lecteurs de la presse spécialisée, tous secteurs confondus, ont vu la publicité d’ING, bien que celle-ci n’ait été insérée dans certains secteurs qu’une seule fois pendant les onze semaines qu’a duré la campagne, en raison de la fréquence de parution très variée des différents titres. Ce score est plus élevé pour les cadres francophones (46%), pour les groupes plus "impliqués" comme les propriétaires et chefs d’entreprise (50%) et pour les cadres liés au processus de décision en matière de produits et services financiers (45%). Non seulement ING a réussi à capter l’attention des cibles intéressantes, mais un pourcentage particulièrement élevé (75%) de cadres ayant vu l’annonce ont également reconnu l’annonceur. Ce haut score d’attribution correcte est plutôt exceptionnel. « Par rapport au benchmark communément admis pour l’impact de la publicité dans les magazines B2C, publié dans la base de données Stopwatch de Sanoma, l’attribution de cette annonce à ING est de 78% supérieure à la moyenne », calcule Moreau. L’audience utile de cette campagne est donc importante :  de tous les interviewés, 30% se souviennent de l’annonce d’ING. Et la presse professionnelle a transmis le message encore plus efficacement auprès des cœurs de cible, où le score utile est encore nettement plus élevé : les propriétaires et chefs d’entreprise (39%) et les décisionnaires en matière de services financiers (33%). À la question de savoir comment on a réagi à l’offre de crédit professionnel - le call to action power - 17% répondent avoir pris contact avec ING. Par conséquent, l’étude d’impact prouve la qualité du travail accompli par la presse spécialisée : informer, inspirer et inciter à l’action un groupe de lecteurs fidèles et impliqués.



 

LES VAGUES DE B2B PRESS


Jamais deux sans trois: B2B annonce la parution de la 3e édition de son étude.

 

Never change a winning horse : un 3e field de l’étude a eu lieu au 1er semestre 2013 suivant la même méthodologie. L’étude confirme que la presse B2B peut être qualifiée de informative, active dans le processus d’achat, fiable. Elle demeure de loin la première source d’information sur les nouvelles tendances des secteurs et incite à l’achat.

 En savoir plus ? Résultats à découvrir ici.


 Deuxième vague pour l'étude B2B Press. 


Une confirmation du rôle stratégique de la presse professionnelle dans les décisions de ses lecteurs.

Au printemps 2011, la Fédération remet le couvert avec une deuxième vague de mesure : même méthodologie, mêmes cibles et un questionnaire à l’identique, donnant toutefois place également aux supports mobiles, vu l’évolution du marché.
Pas moins de 24 sources d’information et d’influence sont passées au crible: on est donc bien dans une mesure à 360° qui éclairera les annonceurs concernés sur les « touchpoints » les plus efficaces par secteur et par type d’action.

En savoir plus ? Cliquez ici pour découvrir les résultats de cette deuxième étude B2B


Première étude B2B Press 


Novembre 2008 - Pour y voir plus clair, et disposer des indicateurs fiables et utilisables quant à décider d'intégrer les médias B2B dans le mix média, B2B Press a fait conduire en 2008 une étude d'audience permettant d'étayer le rôle important que la presse professionnelle joue en tant que source d'information au sein de plusieurs secteurs.

Cliquez ICI pour consulter les résultats de l'étude B2B